Opinion : L'industrie hôtelière thaïlandaise se vide de son sang, le gouvernement doit prendre davantage de mesures en matière de tourisme et de soutien financier

Ce qui suit est un éditorial d'opinion d'Andrew J. Wood que nous avons reçu l'entière autorisation de publier. Les opinions et déclarations sont les siennes.
BANGKOK : La Thaïlande n'a signalé que 3 880 cas de Covid-19 et 60 décès depuis le début de la pandémie et est considérée comme l'un des pays à plus faible risque dans le monde. Mais les voyages et le tourisme en souffrent. Les restrictions de voyage imposées par le gouvernement sont toujours en vigueur et les entreprises, petites et grandes, souffrent d'une hémorragie et luttent pour survivre. Les exploitants d'hôtels, selon le Nation, supplient le gouvernement de rouvrir le pays et de lancer bientôt des mesures pour aider leurs entreprises, qui saignent à mort, affirment-ils.
- Suphajee Suthumpun, Dusit Thani's a déclaré que si le pays n'est pas réouvert prochainement, les opérateurs hôteliers subiront de lourdes pertes. De plus, a-t-elle ajouté, les banques et les institutions financières n'accordent pas facilement des prêts aux entreprises touristiques à cause des risques.
"Nous voulons donc demander au gouvernement de prendre des mesures financières pour soutenir les entreprises touristiques et de charger la Thai Credit Guarantee Corporation de garantir les prêts aux petites et moyennes entreprises", a-t-elle déclaré.
"Nous voulons également demander à la banque centrale d'assouplir les règles relatives aux obligations, car les obligations de nombreuses grandes entreprises arrivent à échéance".
Suphajee a également encouragé le ministère du tourisme et des sports à mettre en place un fonds de relance du tourisme qui permettra aux opérateurs hôteliers d'emprunter en utilisant leur hôtel comme garantie.
"Comme le vaccin Covid-19 devrait être prêt l'année prochaine, le gouvernement devrait proposer un système de visa électronique pour aider les touristes à rentrer au pays", a-t-elle ajouté.
- Chaiyapat Paitoon, Minor International's directeur de la stratégie, a déclaré que la société avait perdu plus de 14 milliards de Bt au cours des neuf premiers mois de l'année, et que ses activités en Thaïlande représentaient 2 milliards de Bt de ces pertes.
Il a déclaré que l'entreprise pourrait avoir besoin d'augmenter ses liquidités, soit en trouvant de nouveaux capitaux, soit en lançant des obligations si le gouvernement ne rouvre pas le pays prochainement.
"Le gouvernement devrait examiner les systèmes de bulles de voyage, assouplir les règles d'auto-isolement et lancer des mesures pour soutenir les entrepreneurs", a-t-il déclaré.
- Marisa Sukosol Nunbhakdi, vice-présidente exécutive de Hôtels Sukosol et président de la Association des hôtels thaïlandaisa déclaré que le gouvernement devrait prendre des mesures pour aider les hôtels, comme par exemple payer 50 % des salaires du personnel hôtelier, comme il le fait pour les nouveaux diplômés.
"Le gouvernement devrait également étendre sa contribution de 2 % au Fonds de sécurité sociale, fixer la taxe sur les terrains et les bâtiments à 10 % et assouplir les règles d'auto-isolement", a-t-elle déclaré.
Si les restrictions de voyage sont assouplies, il y a de fortes raisons de penser que des visiteurs viendront. Selon Barry Kenyon, l'ancien consul honoraire britannique respecté en Thaïlande, a écrit dans le Courrier de Pattaya Cette semaine, depuis que la Thaïlande a réaménagé son visa de 60 jours (entrée unique) à la fin du mois dernier, les ambassades du monde entier font état d'un intérêt gigantesque de la part d'étrangers désireux de fuir le rude hiver ou d'échapper à leur patrie infectée par le coronavirus.
Parkpoom Prapasawudi, vice-président de la Le groupe Erawan La division Hotel Asset Management, a également pesé dans la balance en disant que le taux d'occupation des hôtels était de 20 % depuis plus de cinq mois en raison des restrictions de voyage.
"La situation en Thaïlande est différente de celle de la Chine et de l'Europe, où le taux d'occupation est respectivement de 50 à 60 % et de 30 à 40 %", a-t-il déclaré, ajoutant que le pays doit être réouvert car les hôtels ne peuvent pas survivre si le taux d'occupation reste aussi bas.
"Si le gouvernement ne veut pas rouvrir le pays, alors il devrait lancer des mesures pour soutenir l'hôtellerie", a-t-il déclaré, ajoutant que les hôteliers n'avaient pas pu présenter de plan d'affaires parce que le gouvernement n'avait pas fourni d'orientations claires. Le gouvernement devrait lancer une campagne pour sensibiliser le public à la réouverture du pays, car il n'est pas possible que la Thaïlande soit libérée de Covid-19 pour toujours.
"La Thaïlande et les pays à faible risque d'infection devraient travailler sur des programmes de bulles de voyage comme l'ont fait Singapour et Hong Kong, car les opérateurs hôteliers ne peuvent pas supporter des coûts élevés ou injecter plus d'argent dans leurs entreprises", a-t-il déclaré.
🔺Meanwhile, Ministre du tourisme et des sports Pipat Ratchakitprakarn a déclaré que le Premier ministre Prayut Chan-o-cha a chargé le Centre d'administration de la situation économique (CESA) de travailler à la création d'un fonds de relance du tourisme pour aider le secteur du voyage. Ce fonds devrait se situer entre 50 et 100 milliards de Bt.
"Nous allons également discuter d'autres propositions avec le premier ministre et le CESA, en particulier les options de visa électronique, afin que les touristes puissent retourner en Thaïlande une fois que le vaccin Covid-19 sera prêt", a déclaré M. Pipat.
Toutes les idées émanant du gouvernement ne fonctionnent pas. L'ancien consul Barry Kenyon a écrit que l'annonce du visa touristique spécial (VTS) le mois dernier, qui permet de séjourner jusqu'à 270 jours, a fait couler beaucoup d'encre, mais il est rapidement devenu évident que ce visa n'était disponible que pour les personnes venant de pays à faible risque de la zone Covid-19, ce qui excluait le Royaume-Uni, les États-Unis et l'Europe continentale, entre autres régions.
Il existe cependant d'autres options de visa, comme indiqué précédemment, qui permettent de voyager mais avec un nombre complexe de boucles à franchir. M. Kenyon a écrit,
"Le visa touristique de 60 jours est disponible, mais la bureaucratie reste importante lorsqu'il s'agit de demander à l'ambassade le certificat d'entrée vital plus les tests de santé Covid-19, le paiement à l'avance des 14 jours de quarantaine obligatoire à l'hôtel à l'arrivée à Bangkok, l'assurance spécifique Covid à US$100.000 (maintenant disponible en ligne facilement pour toute personne âgée de 0 à 99 ans) et la preuve de l'hébergement en Thaïlande au-delà de la période de quarantaine", a-t-il déclaré
Envoi
Avis des utilisateurs
3 (2 votes)