La police métropolitaine de Bangkok prévoit de poursuivre en justice les dirigeants des manifestations pro-démocratiques après avoir reçu plusieurs plaintes de partisans du gouvernement

Bangkok -

Le Bureau de la police métropolitaine a tenu une conférence de presse hier, le 21 septembre, annonçant des plans de litige et des accusations contre plusieurs dirigeants de protestations et étudiants militants du Front uni de Thammasat et de la manifestation qui ont organisé un grand rassemblement pro-démocratie de nuit à Bangkok le week-end dernier.

Au total, seize plaignants ont été répartis en trois groupes comme suit : les organisateurs de l'assemblée qui ont organisé le rassemblement sans l'autorisation légale de la loi sur l'assemblée ; le groupe de personnes pro-démocratie qui ont invité d'autres personnes à se joindre aux rassemblements en prononçant un discours persuasif sur scène et en envoyant directement et indirectement des invitations symboliques sur les canaux des médias sociaux avant le rassemblement proprement dit des 19 et 20 septembre et les orateurs qui ont parlé de sujets prétendument inappropriés qui pourraient également être considérés comme illégaux au regard du droit pénal thaïlandais.

Selon le médecin Tul Sittisomwong, qui a déposé hier un rapport contre les orateurs, les discours de la manifestation pro-démocratie ont également impliqué la diffamation et l'insulte de la monarchie thaïlandaise, ce qui est contraire à la section 112 du code pénal thaïlandais. Il était l'un des seize membres éminents de la société thaïlandaise, et peut-être plus, qui ont déposé des poursuites et des plaintes légales au cours des manifestations du week-end dernier.

Les enquêteurs de la police métropolitaine sont en train de rassembler des preuves à partir de séquences de vidéosurveillance, d'images, de vidéos, d'enregistrements audio et d'autres supports médiatiques avant de les présenter au groupe de travail pour accuser les auteurs d'avoir violé les lois pertinentes, a déclaré le chef adjoint de la police métropolitaine de Bangkok, Sukun Prommayon, à l'Associated Press.

L'enquête actuelle comprend également le rapport du département des beaux-arts de Thaïlande concernant l'installation illégale d'une plaque commémorative à Sanam Luang qui aurait violé la loi sur les monuments anciens, les objets d'art, les antiquités et les musées nationaux.

PHOTO : Inthira Charoenpura

En outre, l'actrice et chanteuse thaïlandaise Inthira Charoenpura aurait également fait l'objet de plaintes pour avoir soutenu l'approvisionnement en nourriture et en fournitures des manifestants lors du rassemblement massif, ce qui serait contraire à la loi sur l'assemblée et au décret d'urgence.

Le Metropolitan Police Bureau conclura la déclaration de litige et annoncera les accusations portées contre les dirigeants de la manifestation selon les rapports de dépôt des plaignants après que les preuves auront été suffisamment obtenues.

Les leaders de la protestation, pendant ce temps, déclarent que leur prochaine grande manifestation aura lieu jeudi 24 septembre au Parlement pour faire davantage pression sur le Parlement en faveur d'un changement constitutionnel, l'une de leurs trois principales demandes au gouvernement. Les autres demandes sont de mettre fin au harcèlement des protestataires thaïlandais, à la fois officiellement et officieusement, et de dissoudre entièrement le Parlement, ce qui revient à mettre fin au gouvernement actuel. Un groupe dissident a également demandé des réformes supplémentaires.

-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=–=–=–=–==-

N'oubliez pas de vous abonner à notre bulletin d'information et de recevoir toutes nos nouvelles en un seul courriel quotidien sans spam Cliquez ici !

Suivez-nous sur Facebook, Twitter, Google News, Instagram, Tiktok, Youtube, Intérêt, Parler, Flipboard ou Tumblr

Rejoignez la discussion dans notre groupe Facebook https://www.facebook.com/groups/438849630140035/ ou dans les commentaires ci-dessous.

 

Envoi
Avis des utilisateurs
3 (2 votes)