L'apparition de coronavirus dans les zones de divertissement au Japon inquiète encore plus les responsables thaïlandais concernant l'ouverture de l'industrie du spectacle nocturne

Tokyo, Japon

Le gouvernement métropolitain de Tokyo a confirmé dimanche dernier 47 nouvelles infections par des coronavirus, a déclaré le gouverneur de Tokyo, Yuriko Koike, marquant ainsi le plus grand chiffre quotidien depuis le 5 mai.

Sur ce chiffre, 18 personnes ont été retrouvées dans des établissements de la vie nocturne de la capitale.

Lundi, les autorités japonaises ont découvert 48 infections, dont vingt étaient liées à des lieux de vie nocturne et de divertissement. Les boîtes de nuit et les grands établissements doivent encore ouvrir le vendredi, mais les bars, les salons de karaoké et les bars d'hôtesses sont légalement ouverts.

Le gouvernement de Tokyo demande aux personnes travaillant dans les boîtes de nuit et autres établissements de divertissement similaires de se soumettre régulièrement à des tests de dépistage du coronavirus, dans le cadre de nouvelles mesures visant à endiguer la propagation du virus dans les quartiers nocturnes de la capitale tels que le quartier Kabukicho de Shinjuku.

"Grâce à des tests actifs, j'espère que les gens seront conscients de leur infection et ne transmettront pas le virus à d'autres", a déclaré M. Koike aux journalistes après une réunion avec le ministre japonais de l'économie, Yasutoshi Nishimura.

Pendant ce temps, le porte-parole du Thai Center for Covid-19 Situation Administration, le Dr Taweesin Visanuyothin, a spécifiquement indiqué que l'épidémie qui s'est déclarée hier au Japon et auparavant en Corée dans les zones de vie nocturne explique pourquoi l'industrie de la vie nocturne, qui pèse plusieurs milliards de dollars et est mondialement connue, reste presque la seule exception commerciale qui n'a toujours pas été ouverte, sans qu'aucune date définitive ne soit fixée.

Cependant, des critiques, comme l'Association thaïlandaise des boissons alcoolisées, ont déclaré que la comparaison entre le Japon et la Corée du Sud est injuste car ces pays n'ont jamais passé trois semaines d'affilée sans un seul cas confirmé de propagation locale comme c'est le cas actuellement en Thaïlande. En outre, certaines villes où la vie nocturne est très animée, comme Pattaya, n'ont pas eu de cas confirmé du virus depuis des mois.

Le Dr. Taweesin a déclaré que le gouvernement thaïlandais continuerait à envisager des lieux de vie nocturne, surtout que le pays se rapproche d'un objectif de 28 jours sans une seule infection confirmée du virus, propagée localement, dans tout le pays. (Cette date serait lundi prochain, le 22 juin). Cependant, des situations comme celles que l'on observe au Japon sont préoccupantes pour les responsables thaïlandais.

Les responsables japonais, quant à eux, ont déclaré qu'ils avaient l'infection sous contrôle et que la petite grappe ne compenserait pas leurs plans de réouverture de toute la vie nocturne et qu'ils ne fermeraient pas, pour le moment, tous les bars ou lieux de vie nocturne une fois de plus.

Source : Kyodo News, avec du matériel supplémentaire provenant du Pattaya News

Envoi
Avis des utilisateurs
0 (0 votes)