Le Thai Center for Covid-19 Situation Administration explique pourquoi les bars, boîtes de nuit et autres lieux de vie nocturne resteront fermés, pour l'instant

Bangkok-

Les porte-parole du Center for Covid-19 Situation Administration, le Dr Taweesin Visanuyothin et Natapanu Nopakun, ont tous deux expliqué aujourd'hui, lors de conférences de presse distinctes en anglais et en thaïlandais, pourquoi les bars, clubs, pubs et autres lieux de divertissement resteront fermés pour le moment.

Ils ont cité des exemples de la Corée du Sud et, plus récemment, du Japon qui ont rouvert leur vie nocturne et qui ont tous deux connu des grappes de nouvelles infections. Le groupe de la Corée du Sud, bien que maîtrisé, provenait d'une grande boîte de nuit et le groupe plus récent du Japon se trouvait dans des clubs d'hôtesses, des lieux plus petits et plus intimes où les clients discutent avec les hôtesses et leur achètent des boissons, comme dans de nombreux lieux de Pattaya.

Les porte-parole du CCLAT ont déclaré que les règles de distanciation sociale dans les boîtes de nuit et les bars, une fois que les gens ont bu quelques verres, étaient presque impossibles à appliquer et n'étaient pas respectées et que même les pays qui avaient ouvert une vie nocturne sans problèmes majeurs, comme la Chine et le Vietnam, n'utilisaient pas la distanciation sociale dans ces lieux.

Selon les porte-parole, il n'existe pas de calendrier direct pour la réouverture de la vie nocturne thaïlandaise, mondialement connue, mais elle est examinée quotidiennement. Le CCSA a déclaré à plusieurs reprises qu'il veut atteindre 28 jours sans cas de Covid-19 localement répandu avant de se sentir suffisamment confiant sur la situation en interne.

Cette date serait lundi prochain, le 22 juin.

Cependant, les fonctionnaires du département de contrôle des maladies ont également déclaré à plusieurs reprises qu'ils aimeraient voir les écoles ouvertes complètement avant la vie nocturne.

Cette date est le premier juillet.

Les critiques de la politique de fermeture des bars, dont plusieurs grandes associations de divertissement et l'industrie thaïlandaise des boissons, affirment qu'il est injuste de mettre tous les bars et les pubs du pays dans le même groupe que des boîtes de nuit gigantesques pouvant accueillir des milliers de personnes. Ils ont demandé à plusieurs reprises d'autoriser au moins l'ouverture de lieux plus petits. Ils se sont également plaints d'autoriser les restaurants à vendre de l'alcool et à faire des affaires, mais de ne pas autoriser l'ouverture de lieux de divertissement, même de petite taille.

Les critiques ont également déclaré qu'il est injuste de comparer la Thaïlande à des pays comme la Corée du Sud ou le Japon, car aucun de ces pays n'avait passé trois semaines sans aucun cas confirmé du virus à l'échelle nationale avant d'ouvrir sa vie nocturne. Ils ont également affirmé que le fait de maintenir la vie nocturne légale fermée à long terme ne fera que la déplacer dans la clandestinité là où elle ne peut être réglementée du tout et entraînera une perte importante de recettes fiscales pour le gouvernement thaïlandais ainsi qu'un risque supplémentaire de distanciation sociale.

Pour l'instant, les bars, clubs et autres lieux de vie nocturne fermés depuis trois mois à compter du 18 juin continuent d'attendre les secours, des dizaines de milliers de lieux ayant été fermés dans tout le pays et Pattaya, dépendant presque entièrement des lieux de vie nocturne, étant toujours dévastée par la situation du Coronavirus.

Envoi
Avis des utilisateurs
3 (3 votes)