Le gouvernement thaïlandais affirme que l'économie ralentit mais qu'il n'y a pas de récession, les mesures de relance vont stimuler la croissance

BANGKOK (Reuters) - L'économie thaïlandaise ralentit mais n'est pas encore en récession. Les mesures de relance récemment annoncées par le gouvernement devraient permettre de porter la croissance à 3% cette année, a déclaré mercredi le ministre des finances du pays.

 

La deuxième économie d'Asie du Sud-Est n'a progressé que de 2,3% au deuxième trimestre, soit le rythme annuel le plus faible depuis près de cinq ans, alors que ses exportations, un moteur de croissance essentiel, ont chuté dans un contexte de tensions commerciales croissantes et d'une monnaie forte, le THB=TH. Le baht est la monnaie la plus performante en Asie, avec une hausse de 6,4% par rapport au dollar depuis le début de l'année.

 

Le mois dernier, le gouvernement a annoncé un plan de relance de $10 milliards qui comprendra un soutien aux agriculteurs et au tourisme afin de stimuler l'activité intérieure.

 

"Je peux confirmer que l'économie thaïlandaise n'est pas entrée en récession, car nous continuons à croître, mais à un rythme plus lent", a déclaré Uttama Savanayana aux journalistes.

 

En plus du plan de relance, le gouvernement va accélérer les investissements des entreprises publiques pour atteindre plus de 300 milliards de baht ($9,80 milliards) comme objectif pour l'année fiscale en cours jusqu'en septembre, a-t-il déclaré. Le budget d'investissement des entreprises publiques devrait augmenter d'au moins 10% pour la prochaine année fiscale, a-t-il ajouté.

 

Mercredi, un comité conjoint de la banque, du commerce et de l'industrie a déclaré qu'il était préoccupé par l'économie dépendante du commerce, qui manque de "facteurs de soutien" et pourrait connaître une croissance inférieure à ses prévisions 2,9%-3,3% cette année.

 

La banque centrale a déclaré la semaine dernière que l'économie pourrait connaître une croissance inférieure à 3% cette année, après une croissance de 4,1% l'année dernière.

 

M. Uttama a déclaré qu'il ne s'inquiétait pas du niveau élevé d'endettement des ménages, car certains prêts étaient destinés à des entreprises et généraient toujours des revenus, tandis que d'autres étaient garantis.

 

"Mais nous ne sommes pas complaisants", a-t-il déclaré. "Nous suivrons de près la situation, même si elle n'est pas encore préoccupante".

 

Fin mars, la dette des ménages thaïlandais s'élevait à près de 13 000 milliards de baht (346,04 milliards de livres), soit l'équivalent de 78,7% du produit intérieur brut (PIB), l'un des plus élevés d'Asie, et en hausse par rapport aux 53,5% de début 2009.

 

La dette élevée a été un frein à la consommation privée, qui représente la moitié de l'économie, et une préoccupation pour la banque centrale.

Source/Photo : Reuters

Envoi
Avis des utilisateurs
0 (0 votes)